7 erreurs de leadership stupides que les gestionnaires intelligents évitent

  • Kerry Todd
  • 0
  • 3220
  • 809

De nombreux professionnels en affaires, des startups aux multinationales, supposent que le chef d'équipe ou le cadre est un poste nommé, et les compétences viennent avec le titre. En réalité, le leadership est mieux démontré sans être en position d'autorité, et c'est une compétence qui doit être affinée tous les jours de votre vie.

La plupart des experts conviennent que le leadership, tel qu'il est perçu par les gens qui vous entourent, concerne davantage le comportement que les compétences ou les connaissances spécifiques. Darryl Rosen, dans son nouveau livre "Table for Three?" illustre cela avec humour pour chacune des cinquante erreurs stupides que les gestionnaires intelligents ne font pas. Le leadership donne le mauvais exemple par vos propres actions ("Faites ce que je dis, pas ce que je fais.")

Son interprétation, y compris les sept exemples suivants de mauvais comportement de leadership, que j'ai trop souvent vu dans les startups, illustre comment vos actions affectent les autres autour de vous:

Blâmer les autres pour tout. La passion d'un entrepreneur pour une idée les pousse souvent à blâmer les autres ou les événements extérieurs pour des revers, plutôt qu'eux-mêmes, afin qu'ils puissent conserver un semblant d'estime de soi et de contrôle. Ce «biais d'attribution» peut être compréhensible, mais il est perçu par les associés comme un mauvais leadership.

Souciez-vous de tout. Il ne se passe jamais grand-chose de ce qui nous inquiète et nous inquiète, alors ne partagez pas toutes les préoccupations avec les associés. Au mieux, cela se traduit par un manque de confiance, ou des sons plus probables susceptibles d'essayer de trouver des excuses pour d'éventuels échecs ultérieurs. Les membres de l'équipe veulent des leaders qui calment leurs inquiétudes, pas les amplifient.

Critiquer les autres et l'entreprise. Les gestionnaires qui parlent d'un œil critique des membres de l'équipe, des clients, des amis ou des membres de la famille ont quelque chose en eux qui doit être examiné. Il y a un aspect de soi qu'ils trouvent inacceptable. Les vrais leaders sont reconnus pour vouloir se regarder dans le miroir et apprendre de ce qu'ils voient.

Se plaindre d'être dépassé. Le dépassement est un sentiment qui précède toujours la croissance et est un état dans lequel votre cerveau développe de nouvelles voies et connexions. Le démarrage d'une entreprise ou d'une nouvelle organisation provoquera toujours un doute de soi et de l'insécurité. Les vrais leaders embrassent et gèrent ces sentiments, plutôt que de se plaindre aux associés.

Faites 10 choses à la fois de façon médiocre. Les entrepreneurs ou les gestionnaires qui prétendent être capables de faire plusieurs choses à la fois ne doivent jamais utiliser cela comme une excuse pour une mauvaise qualité. Les associés concluront rapidement que la médiocrité est suffisante. Même une tâche effectuée avec médiocrité peut être le baiser de la mort pour toute entreprise ou toute carrière.

Apparaître désorganisé et gérer les choses au hasard. Faire les choses au hasard est sujet à des erreurs. En affaires, lorsque vous faites des erreurs, cela vous coûte du temps et de l'argent. Avec des associés, faire des erreurs vous coûtera en productivité et en moral, et tuera leur image de vous en tant que leader. Pire encore, les associés suivront votre exemple.

Ne pas voir les points positifs chez les autres. La clé ici est de maintenir un état d'esprit positif. Le leadership consiste à trouver des points positifs, pour la croissance de l'entreprise, pour l'avantage concurrentiel et le développement des personnes dans votre organisation. Les gestionnaires et les entrepreneurs ont besoin que tout le monde dans leur organisation accentue le positif et non l'amplifie le négatif.

Le leadership et l'amélioration consistent à faire de petits pas en avant et à évoluer un peu chaque jour. Pensez à l'évolution, pas à la révolution. N'importe qui peut changer un comportement par mois ou éliminer une erreur, et soudain, vous aussi pouvez être un «succès du jour au lendemain».

Bien sûr, corriger les erreurs de leadership n'est qu'un début. Il existe au moins 49 autres façons de se tromper dans la navigation dans les relations en milieu de travail, les approches de résolution de problèmes, la gestion du temps, la crédibilité et l'efficacité de l'entreprise. Combien avez-vous évité récemment dans votre travail?




Personne n'a encore commenté ce post.